(18) L’arabe, chouia, chouia…

Bien que je communique toujours en français avec Laila et Othman chaque jour apparaît un nouveau mot arabe que j’essaie d’utiliser le plus souvent possible. Ici, on parle le dariya, un dialecte très difficile et qui n’a pas de points communs avec le catalan. Pour m’en rappeler, il n’y a guère que la mémoire. “Attention de ne pas demander de livres à la boulangerie ni de chaussures à la pharmacie !” me dit Elisabet en riant. Mais le jour où j’essaie d’acheter deux citrons et une grenade, qu’on me les donne et que j’en paie le prix exact, je me sens toute heureuse !

La grenade
est une grenade,
mais ici ce fruit
porte un nom bien étrange !
Elle est croquante,
rouge
et géante.
Oui, oui, elle est tout cela,
mais elle porte un nom
bien étrange !